Jamais sans mon doudou

Aujourd’hui, nous retombons en enfance avec la journée de la peluche.

nounours

Beaucoup d’entre nous ont grandi accompagnés par une peluche, notre doudou, qui nous permettait de passer des nuits sereines, et dont la perte aurait été insupportable. Quand on est enfant, notre peluche devient notre meilleure amie : pas étonnant qu’une journée entière lui soit consacrée !

Si les doudous peuvent être de formes diversifiées, la forme la plus courante est celle de l’ours en peluche. Cette tradition date de plus d’un siècle !
Les premiers ours en peluche furent fabriqués au début du XXe siècle, pour tout de suite connaître une popularité fulgurante.

Le doudou n’est pas un objet anodin, source de repères c’est un objet de « transition » , entre les premiers mois de l’enfant et ses étapes d’autonomie. C’est à partir de 8 mois que l’enfant va réellement s’attacher à son doudou, pour s’en détacher cher vers 6 ou 7 ans.  Et s’il le perd, ne paniquez pas, cela peut être aussi d’apprentissage d’autonomie.

Aujourd’hui, de nombreux ours en peluche sont devenus célèbres : Winnie l’Ourson, Paddington ou encore Michka, par exemple.

 

 

Info+

Si votre enfant égare son doudou, pas de panique ! Le site https://www.troov.com/  vous permet de signaler que vous avez perdu votre objet en précisant le lieu et la date.
Un algorithme vous connecte alors à la zone où le doudou a été égaré, sur le modèle d'un site de rencontre. Si votre doudou fait partie des objets signalés par un « Trooveur », vous n’aurez qu’à répondre à un questionnaire de sécurité pour le récupérer !

 

  • Partager cette page sur Twitter
  • Partager cette page

Autres actualités Jeunesse