Séraphine Louis, pionnière de l’art naïf

Dans une perspective de mise en avant les femmes de talent, la Ville de Puteaux vous propose de découvrir la première peintre naïve.

Séraphine Louis

Connaissez-vous Séraphine Louis ? Née en 1864, cette femme autodidacte est l’une des premières peintres naïfs français. 
Puteaux, terre de culture et d'histoire, vous propose de découvrir son parcours.

 

D’origine humble, Séraphine Louis dite Séraphine de Senlis naît dans l’Oise en 1864. Elle peint une œuvre considérable en parallèle de son travail de femme de ménage chez des familles bourgeoises. Son art s’inspire de l’imagerie catholique. 

 

En 1912, le collectionneur allemand Wilhelm Uhde lui apporte son soutien. En 1929, l’exposition Les peintres du Cœur sacré permet à Séraphine d’accéder à une certaine notoriété, mais elle ne sait pas gérer l’argent qui en découle. En 1930, la Grande Dépression frappe les acheteurs d’art et elle ne peut plus compter sur le soutien de son protecteur. Elle sombre dans la folie et est internée en 1932. Elle meurt de faim à l’hôpital, dans la pauvreté, en 1942. 

 

Aujourd’hui, ses œuvres sont exposées au musée Maillol à Paris, au musée d'Art et d'Archéologie de Senlis, au musée d'art naïf de Nice, au musée du Vieux-Château de Laval, au LaM à Villeneuve-d'Ascq et au musée Charlotte-Zander de Bönnigheim.

 

Ses toiles regorgent de couleurs lumineuses, qu’elle préparait elle-même selon une recette qu’elle n’a jamais dévoilée. Elles représentent le plus souvent des natures mortes et de la végétation luxuriante.

oeuvres

 

 

 

 

  • Partager cette page sur Twitter
  • Partager cette page

Autres actualités Vie sociale