Le fléau des chenilles processionnaires

Danger pour les hommes, les animaux et les arbres sur lesquels elle s’installe, la chenille processionnaire est de retour.

chenilles processionnaires

Chaque année, des colonies de chenilles processionnaires sont repérées en Île-de-France. De mars à août, ce parasite très urticant et difficile à éradiquer réapparaît. Originaire d’Europe du Sud, elle infeste depuis plusieurs années les conifères français.

Ses signes distinctifs sont une tête noire, une pilosité abondante et une couleur brune avec des tâches orangées. Il est important de les repérer : leurs poils contiennent une substance très urticante, la thaumétopoéine.

 

Elles sont dangereuses pour vous, mais aussi pour vos animaux, notamment les chiens, extrêmement vulnérables aux piqures ! En cas de symptômes (gonflement des babines, salivation abondante, toux et vomissements), consultez en urgence un vétérinaire.
Il est préférable, pour tous, d’éviter tout contact avec les chenilles, les nids, mais aussi les zones autour des arbres infectés.

 

Il n’existe pas de solution radicale pour s’en débarrasser définitivement.

La municipalité a mis en place plusieurs méthodes écologiques qui permettent de réduire leur nombre : l’échenillage, c’est-à-dire la veille sur le patrimoine arboré avec destruction des nids détectés, le piégeage à la descente, lorsque les chenilles descendent des arbres au printemps, l’empoisonnement, lorsqu’elles mangent le feuillage, en été, et la captation des mâles, afin d’empêcher leur reproduction. De plus, de nombreux nichoirs à mésanges, prédateur naturel de la chenille, ont été installés.

 

  • Partager cette page sur Twitter
  • Partager cette page

Autres actualités Cadre de vie